Le marché de l’immobilier de luxe se porte bien depuis plusieurs années et continue de progresser, soutenu par le nombre grandissant d’acquéreurs étrangers fortunés et la demande croissante de résidences secondaires de prestige.

Si vous avez le projet de céder un bien de prestige, c’est le moment de le mettre à la vente. Car le secteur de l’immobilier de luxe en Ille et Vilaine et plus généralement sur l’ensemble de l’Hexagone, se porte plutôt bien.

En effet, après avoir enregistré une hausse de 15% en 2017 et 17% en 2018, ce marché de niche, pour lequel on prévoyait un ralentissement cette année, a continué sur sa lancée en affichant une hausse de plus de 10% rien que sur le premier semestre 2019.

Une demande soutenue par les investisseurs étrangers et expatriés

Force est de constater que la demande grandissante de la clientèle internationale mais aussi des expatriés souhaitant investir dans des biens de luxe en France contribue à la progression des prix dans le secteur de l’immobilier de luxe, notamment dans la capitale française et le sud-est du pays.

Mais il existe une autre explication à ce phénomène : on assiste actuellement à un véritable boom des achats de résidences secondaires, dont les biens de prestige, considérés par les acquéreurs comme un investisseur sûr.

Paris devrait dépasser Londres d’ici trois ans

Entre l’effet Brexit, l’augmentation des frais d’acquisition et la législation contre le blanchiment de l’argent, l’immobilier à Londres, y compris les biens de luxe et de prestige, commence à être boudé par les clients qui lui préfèrent entre autres Paris, où les prix ne cessent de grimper.

D’ailleurs, selon la dernière version du Barnes City Index la capitale française figure en cinquième place des villes plébiscitées par la clientèle internationale fortunée, et notamment les acquéreurs du Moyen-Orient, derrière Hong Kong, New York, Los Angeles, et Toronto.

Les régions elles aussi se portent bien

Mais il n’y a pas qu’à Paris que l’on observe ce phénomène. L’immobilier de luxe se porte également à merveille dans les grandes villes françaises telles que Bordeaux, Lyon, Nantes ou encore Lille, ainsi que les lieux de villégiature.

Et si la hausse est modérée dans le Sud-Est, on assiste à un véritable engouement pour le Grand Ouest, où des villes comme La Baule, Cap Ferret ou encore Biarritz voient leur prix s’envoler.

Le marché alpin de l’immobilier de luxe continue, quant à lui, de croître plus timidement, avec une progression des prix allant de 1 à 3% suivant les villes, exception faite de Megève qui affiche une croissance à deux chiffres avec 10% d’augmentation en un an.