À partir du 1er janvier 2020, les foyers les plus modestes qui entreprennent des travaux de rénovation énergétique pourront bénéficier d’un nouveau dispositif d’aide qui prendra la forme d’une prime unifiée.

Que vous soyez déjà propriétaire ou intéressé par une maison à vendre à Rennes, sachez que de nouvelles dispositions en matière d’aides à la rénovation entreront en vigueur à compter du 1er janvier 2020.

Exit le CITE pour les ménages les moins riches : au lieu d’un crédit d’impôt pour la transition énergétique, ils bénéficieront d’une prime unifiée. Un dispositif plus simple et plus favorable pour les foyers aux revenus modestes.

Une prime visant à doper les travaux de rénovation

Avec 350 000 logements rénovés tous les ans, on est très loin de l’objectif fixé dans le Plan de rénovation énergétique des bâtiments qu’avait présenté en avril 2018 Nicolas Hulot, alors ministre de l’Écologie.

Le gouvernement a donc décidé de réformer le dispositif d’aides à la rénovation énergétique afin d’inciter encore plus les Français à entreprendre des travaux d’économie d’énergie.

  • Première nouveauté : pour les ménages les plus modestes, l’aide ne prendra plus la forme d’un crédit d’impôt mais d’une prime accordée dès le déclenchement des travaux : autrement dit, plus besoin d’attendre l’année suivante pour en bénéficier concrètement de ce souffle dans sa trésorerie, l’effet sur le porte-monnaie sera immédiat. Et il suffira au contribuable ou même à l’entreprise mandataire d’envoyer le devis à l’Anah pour en faire la demande. Dès avril 2020, la démarche pourra même être effectuée en ligne.
  • Autre changement important : les bailleurs seront aussi éligibles à cette réforme, aux mêmes conditions de revenus que les propriétaires occupants.

Un dispositif favorable aux ménages les plus modestes

C’est en constatant que l’actuel dispositif, le CITE, bénéficie surtout aux foyers les plus riches et les classes moyennes, que le gouvernement a décidé de revoir son angle d’action.

La moitié des nouvelles primes unifiées iront en effet alléger le budget des ménages modestes et très modestes, tandis que les ménages non éligibles à la prime continueront de bénéficier du CITE, qui est désormais forfaitisé.

Et comme le calcul de l’aide est basé à la fois sur les revenus et les économies d’énergie réalisées, les foyers les moins aisés qui entreprendront des rénovations efficaces pourront ainsi financer grâce à la prime jusqu’à deux tiers de leurs dépenses.

Des mesures pour accompagner les ménages qui rénovent leur logement

Enfin, parallèlement à ces moyens d’incitation financière, l’État s’est engagé à mettre en place d’autres mesures visant à favoriser les travaux de rénovations énergétiques et notamment :

  • La création d’un Service d’aide à la rénovation énergétique dont la mission sera d’épauler les régions et les EPCI dans l’accompagnement des ménages à la rénovation énergétique
  • L’adoption d’un plan de lutte contre le démarchage abusif et les fraudes
  • La mise sur pied d’un observatoire de la rénovation énergétique.